Attribué à Jean - Baptiste LEPRINCE Moulin…

Lot 93
150 - 200 EUROS

Attribué à Jean - Baptiste LEPRINCE Moulin…

Attribué à Jean - Baptiste LEPRINCE

Moulin

Encre sur papier

Porte trace de signature en bas à droite et

cachet rouge LSD en bas à gauche. Au revers

marque à l'encre en haut à gauche et 844.

(rousseurs) - 16,7 x 23,8 cm

Note : Concernant le cachet LSD : L. DEGLATIGNY

(1854-1936), négociant en bois, Rouen. Dessins et

estampes anciens et modernes.



Louis Deglatigny, ancien membre de la Chambre de Commerce de Rouen et vice-président de la commission du Musée d'Antiquités de la Seine-Inférieure eut une active vie d'affaires. Il acheta en 1881 la maison d'importation de bois J. B. Le Mire, qu'il continua. Retiré dans une retraite studieuse, il prit une grande part dans l'activité des sociétés savantes et des musées de Rouen. Il consacrait ses loisirs à l'étude de la préhistoire, de l'archéologie et des beaux-arts. En même temps il réunit une belle collection de tableaux, dessins et d'estampes. Il s'intéressait aussi à la conservation des édifices anciens de Rouen et fut membre de plusieurs comités s'occupant de cette question. En 1931 il publia l'Inventaire archéologique de la Seine-Inférieure (période romaine). L. Deglatigny s'est montré généreux donateur pour les sciences et les arts, notamment en assumant dès 1937, les frais de publication de l'Inventaire artistique et archéologique des édifices et vues de Rouen. A sa mort, ses héritiers réalisèrent sa collection dans les ventes ci-dessous. La vente des dessins et tableaux modernes (VII), longtemps différée, n'eut lieu qu'en 1951.

En dehors des ventes de dessins et d'estampes signalons les suivantes, toutes à Paris : la bibliothèque, 21 juin 1937 (expert Giraud-Badin) ; les autographes, 23 novembre 1937 (experts Mme N. Charavay et A. de Kerviler) ; monnaies anciennes et livres de numismatique, 16-17 novembre 1937 (experts Feuardent frères).

La marque ci-contre est en général apposée au recto pour les dessins, et au verso pour les estampes.



Concernant le cachet au verso : Fagan a attribué cette signature au baron Achille Seillière, le riche banquier et industriel dont les belles collections de tableaux, objets d'art, livres, furent vendues entre 1887 et 1890. Mais le baron Seillière n'est pas connu comme amateur de dessins. Remarquons encore que la signature qui nous occupe se lit très nettement Selliers, que la façon d'écrire la date (850 [pour L.2281], 846 [pour L.2282]) n'est pas usitée en France, et que les dessins sur lesquels on la rencontre sont en général de provenance autrichienne ou allemande. Aussi croyons-nous qu'il s'agit d'un Viennois. On trouve, à Vienne, deux personnages du nom de Selliers mêlés au monde des beaux-arts : Franz Selliers de Moranville, aquarelliste, qui vivait vers 1860, et Ludwig Selliers de Moranville, auteur et dessinateur auquel la signature doit appartenir, puisque nous l'avons rencontrée avec l'initiale L. Celui-ci, qui appartenait d'abord au ministère de la guerre, fut attaché à partir de 1838, comme « amanuensis », à la Bibliothèque de Vienne. Amoureux d'art, il espérait pouvoir consacrer un jour son activité au Cabinet des Estampes. Mais la présence de l'intransigeant Friedrich Ritter von Bartsch, fils d'Adam von Bartsch, rendit son rêve irréalisable. Selliers, maladif, abandonna son poste d'amanuensis pour entrer dans une maison d'art de Vienne ; on perd ensuite ses traces. Parmi ses productions, on cite sa collaboration au texte et à l'ornementation d'un Album, offert au directeur de la Hofbibliothek par son personnel, en 1845, et des études sur la musique et la littérature italiennes.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue